Histoire

1920Dans les années 1920, le Gouvernement français vend pour un franc symbolique 7.000 hectares de terres au Groupe COPPEE à charge pour lui de les nettoyer de tous les obus de la première guerre mondiale et de les rendre cultivables. COPPEE  fonde la société SIAS (Société Industrielle et Agricole de la Somme).
1965Une partie des terres est expropriée pour créer l’aéroport Roissy Charles de Gaulle. COPPEE décide d’investir cet argent dans une nouvelle activité ; SIAS se concentre sur le foncier et le sucre et SIAS MPA (Matière premières Alimentaires) démarre la production de préparations de fruits à Mitry-Mory, dans une ancienne raffinerie de sucre.
1981SIAS MPA ayant investi dans plusieurs pays (Allemagne, USA, Mexique), une nouvelle scission est décidée : SIAS MPA devient la société holding, en charge de poursuivre l’expansion mondiale et de contrôler les différentes filiales opérationnelles;  SIAS France s’occupe de la production de préparations de fruits pour le marché français et pour l’exportation.
1982

PERNOD-RICARD, leader français des boissons alcoolisées achète  le Groupe SIAS MPA  à COPPEE. L’expansion géographique s’accélère.

2002

plusieurs changements importants surviennent:
23 mai : SIAS MPA est achetée, dans le cadre d’un L.B.O. (Leverage Buy out) par Butler Capital Partners (BCP)
1er juin: SIAS MPA devient ATYS et SIAS France prend le nom d’ATYS France

2004contrat de rachat d’ATYS signé entre  BCP et AGRANA, un des leaders de l’Agro-alimentaire en Autriche
2006AGRANA devient actionnaire à 100% du groupe ATYS. AGRANA fusionne ses différentes sociétés produisant des préparations de fruits (ATYS, STEIEROBST et DSF) en une division  AGRANA Fruit. ATYS France prend le nom d’AGRANA Fruit France.
2010AGRANA signe un accord de joint venture avec la société égyptienne Nile Fruits. La société AGRANA Nile Fruits est gérée par les équipes d'AGRANA Fruit France.
2013

Nile fruit devient une entité indépendante de AGRANA Fruit France, rapportant directement au groupe

AGRANA fruit France est intégrée dans une structure "One Europe" rassemblant les filiales Autriche, Allemagne, Pologne, et France. L'objectif est de renforcer les échanges entre les filiales européennes, et d'optimiser  la structure  aux besoins du marché.